Rock n’ Soul Radio

Fan de la première heure, je ne pouvais passer à coté du premier album de DJ Zebra. Plus que du bootleg, Zebra nous propose ici des réinterprétations musicales de ses morceaux cultes. Sans plus attendre, allumez le transistor et calez l’aiguille sur Rock n’ Soul Radio.



rocknsoul-radio

DJ Zebra, le frenchy qui nous a (pour la plupart) initié aux bootlegs sort son premier album « officiel ». Après plusieurs compilations thématiques (woodstock, cinéma,…) Zebra s’associe à Monty, tromboniste de Dyonisos, pour un hommage aux radios anglaises à travers 9 titres réarrangés et mixés sous la forme d’une émission de 30min avec ses jingles et ses transitions.

En résumé, Rock n’ Soul Radio « c’est entre Elvis et James Brown avec du Hip Hop quoi » dixit l’intro de l’album. Intro qui annonce parfaitement la couleur avec un mix de mots extraits d’interview ou de références musicales incontournables (ACDC, Dead 60′s, les Buggles, Donna Summer,…) qui fini par décoller dans un crescendo guitare/trompette à tout casser !

Plus qu’un album de mix, cet album est avant tout un livre ouvert sur l’éducation musicale de Zebra. A l’origine bassiste de Billy Ze Kick, c’est bien le musicien qui nous parle et nous raconte ici ses titres préférés en commençant par un monument de la soul music du label Motown un brin surboostée : This Old Heart of Mine par The Isley Brothers. Et comme le précise le titre de l’album, Zebra n’est pas que soul il est aussi rock et nous ravie en ajoutant une bonne dose de groove sur l’énorme Black Hole Sun de Soundgarden qui fut l’un des premiers succès du chanteur Chris Cornell dans les années 80. Ainsi, l’album jongle entre rock et soul en ravivant le souvenir de la grande époque de Prince ou Depeche Mode en passant par des classiques comme Let’s All Chant.

A la fin de ces trop courtes 30min j’ai comme envie de demander  » ‘tin ! ça passe sur quelle bande FM cette rock n’ soul radio ?! ». La réponse est tous les vendredi et samedi sur Le Mouv’ de 22h à minuit, mais sans toute la saveur des ces excellents réarrangements instrumentaux. Un peu comme les expériences de bootlegs live déjà réalisées par Zebra, avec Cali ou Louise Attaque entre autres, les arrangements instrumentaux maisons amènerait ce qu’il faut de « réel » dans ce patchwork virtuel que sont les bootlegs.

Album en écoute ici.

POSTER UN COMMENTAIRE

Votre e-mail n'est jamais ni publié ni partagé.