Il était une fois dans l’ouest…

L’armonica et la batterie feutrée qui accompagne Jimmy me plonge au cœur d’un bon vieux western où, seul chevauchant ma fidèle monture en plein désert avec le soleil couchant dans le dos, je me dirige vers le saloon le plus proche. Je rentre chez Moriarty, m’assieds, commande un whisky et écoute la voix de Rosemary […]



L’armonica et la batterie feutrée qui accompagne Jimmy me plonge au cœur d’un bon vieux western où, seul chevauchant ma fidèle monture en plein désert avec le soleil couchant dans le dos, je me dirige vers le saloon le plus proche.

Je rentre chez Moriarty, m’assieds, commande un whisky et écoute la voix de Rosemary et sa famille qui m’emmènent sur des chemins country blues. Je trouve une belle voix tintée de couleurs irlandaises à cette Rosemary mais tout ça est bien trop sage pour moi.

Je selle ma monture et part en direction d’un saloon un peu plus dévergondé.

Voilà l’histoire que m’a inspiré l’écoute de Gee Whiz But This Is a Lonesome Town, premier album de Moriarty. J’y ai découvert de beaux morceaux country folk mais le tout n’a pas su captiver mon écoute.

 

Un Commentaire

  1. cha' a ajouté ces quelques mots le 8 mars 2008 | Permalien

    … Moriarty: il faut les voir « on stage ». chance que j’ai eu il y a de cela plus d’un an et demi. Septembre 2006 dans un petit théâtre normand pour la présentation du programme culturel de la ville de Coutances. Ils sont arrivés sur scène avec leur univers bien à eux. J’ai de suite accroché, j’ai de suite été prise dans un tourbillon d’émotions…

POSTER UN COMMENTAIRE

Votre e-mail n'est jamais ni publié ni partagé.